Cannabis : rien ne sert de raisonner, il faut éduquer

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Paris – Alors que l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) fait part de ses ‘inquiétudes’ concernant les quelques 3 millions d’Européens qui consomment du cannabis quotidiennement, il souligne que les usagers entamant un traitement pour la première fois pour des problèmes en lien avec le cannabis sont trois fois plus nombreux ces dernières années, depuis 2006.

Le responsable de l’association Non à la drogue, Oui à la vie, qui mène une campagne de prévention contre les dangers des drogues les plus courantes depuis plus de vingt ans en France, déclare : « Pourquoi les campagnes de prévention lancées sporadiquement par le gouvernement français sont-elles si timides? On se demande à qui profite cette nouvelle politique sur les stupéfiants. Au-delà de l’individu que la drogue détruit, elle contamine la société et sème une désolation qui barre la route à un bonheur futur. »

Il explique : « Le cannabis continue à séduire de plus en plus de jeunes, plus vulnérables que les adultes côté santé et relations sociales. Il a, en outre, bien changé depuis 1968. Le cannabis fumé par un jeune est deux à cinq fois plus concentré que celui qu’auraient pu fumer ses parents il y a 30 ans. Quand on connaît les effets à court terme liés à la prise de cannabis, comme la somnolence, les troubles de perception et de mémoire immédiate, la diminution des réflexes, etc., ces ravages sont dramatiques et amplifiés si les personnes prennent le volant sous l’emprise de stupéfiants, dont le cannabis. La solution est d’éduquer réellement et de sensibiliser les jeunes, mais aussi les parents et les éducateurs aux réels dangers des drogues. On a un livret spécifique sur le cannabis, qui fait partie de la série La vérité sur la drogue. »

Déjà lors d’une enquête en 2011, l’OFDT soulignait que ‘La France n’en demeure pas moins le pays avec la plus forte proportion de jeunes consommateurs de cannabis’, sur 36 pays ayant participé à cette enquête sur les consommations des lycéens, et estimait que ‘5% des jeunes de 17 ans présentent des risques d’usage problématique ou de dépendance’.

Parmi les drogues illicites, le cannabis est le produit le plus consommé: 13,4 millions de Français l’ont expérimenté. Plus inquiétant, la consommation des 15 à 18 ans, pour la plupart quotidienne, évolue vers un usage solitaire et s’accompagne parfois d’un mélange à d’autres produits psychotropes à l’occasion de fêtes, de soirées et de sorties entre copains.

« Au début, c’était pour rigoler avec les copains. Mais petit à petit, j’ai commencé à fumer seul, le soir, dans ma chambre. Ça m’aidait à m’endormir, » a témoigné Maxime, alors âgé de 17 ans à cette époque, et qui s’est retrouvé en échec scolaire. « Progressivement, j’ai allumé mon premier joint avant d’aller en cours. Je ne fichais plus rien, tout m’était égal. J’étais devenu indifférent aux autres et à moi-même ».

Pour consulter les livrets éducatifs La vérité sur la drogue, écouter les témoignages d’anciens toxicomanes ou téléchargez des livrets éducatifs, visitez le site www.drugfreeworld.org.

Contact presse : info.drogue@gmail.com ou le 06 20 51 17 57

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »