Cannabis : des infos pour les parents

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

ParisQui parle mieux de la drogue, si ce ne sont les jeunes eux-mêmes. Comme c’est de mode, qu’ils ont un besoin de reconnaissance et que c’est devenu un passage obligé, ils y goûtent et en parlent sans aucun tabou. Le meilleur moyen pour ne pas tomber dans cet engrenage est d’être informé sur les réels dangers des drogues et les bénévoles de l’association Non à la drogue, oui à la vie ont compris cela depuis plus de vingt ans en France. Ils alertent les jeunes comme les adultes, contre le piège des drogues, grâce à des petites brochures d’information factuelles et gratuites, et chaque semaine déploient des stands de prévention dans les plus grandes villes.

Selon l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT), en Bourgogne par exemple, le taux de jeunes de 17 ans ayant expérimenté le cannabis est de 38 %. De plus, pour avoir de la drogue, c’est très facile, on en trouve dans les lycées et les internats. Les jeunes ne voient que le côté festif de leur consommation, et le plaisir, ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde. Certains en consomment pour pallier à une déception ou à des problèmes familiaux. D’autre part, les jeunes assurent qu’ils peuvent arrêter quand ils veulent, et en leur demandant pourquoi ils n’arrêtent pas maintenant, certains ont un long moment d’hésitation.

Le responsable de l’association de prévention parisienne Non à la drogue, oui à la vie a déclaré : « Je comprends tout à fait les parents qui s’inquiètent, la consommation touche toutes les couches de la société, mais elle crée une dépendance que beaucoup de jeunes occultent. De plus, de nos jours, la drogue est de plus en plus au cœur des préoccupations des établissements scolaires. Les parents d’élèves comme les éducateurs sont souvent démunis face à cette question, et face au comportement de leurs enfants qui sont pour certains déjà accro au cannabis. On banalise la consommation de cannabis mais on oublie que fumer un joint correspond à fumer entre 5 et 7 cigarettes, sans évoquer les effets du THC (tétrahydrocannabinol) sur le cerveau entraînant la perte de toute motivation et rendant les jeunes plus anxieux. »

« Il est primordial que tous se mobilisent pour apporter une sensibilisation des élèves à grande échelle avant qu’ils ne touchent à ce poison. Le dialogue est indispensable et commence déjà dans les foyers. Mais parfois il y a des réticences d’un côté ou de l’autre, et c’est pourquoi des campagnes de prévention dans les écoles primaires, au CM2, et dans les collèges peuvent combler ce manquement en évoquant les risques liés aux drogues. Ainsi on pourra encore aider ceux qui hésitent ou commencent à peine, » a-t-il expliqué.

Les informations, les brochures, ainsi que les actions de l’association Non à la drogue, Oui à la vie sont visibles le site internet drugfreeworld.org. et comme selon l’humaniste Ron Hubbard, ‘La connaissance ne détruit pas la volonté de vivre’, les jeunes pourront décider de ne jamais en prendre ou de continuer en toute connaissance de cause.

Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 info.drogue@gmail.com ou http://cestquoiladrogue.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »