Alcool : comment s’imbiber de connaissance ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Paris – Alors que la Société française d’alcoologie sonne l’alarme pour pointer le comportement des jeunes face à l’alcool, les bénévoles de l’association Non à la drogue, Oui à la vie redoublent leurs efforts auprès des jeunes, des parents et des éducateurs.

Chaque semaine, des livrets éducatifs de la série La vérité sur la drogue, dont le livret sur l’alcool, sont distribués gratuitement dans la rue ou sur des stands d’information dans toute la France, par les membres de l’association Non à la drogue, Oui à la vie. En T-shirt bleu turquoise, ils mènent leur campagne de prévention, convaincus et avec persévérance, et en sensibilisant les jeunes, les parents et éducateurs aux réels dangers des drogues.

Des inquiétudes justifiées pour l’année 2012 : l’alcool serait dans l’Hexagone le premier motif d’hospitalisation. 400 000 personnes ont été admises pour des troubles liés à la consommation d’alcool, soit un nombre deux fois plus important que pour le diabète ou les maladies cardiovasculaires. Autre chiffre très inquiétant pointé par la SFA : les séjours courts (moins de deux jours) qui ne concernent pas forcément des personnes alcooliques, mais qui peuvent être sur le point de basculer, connaissent une progression de 80 %.

Il y a quelques jours, l’étude menée par l’institut Gustave-Roussy dévoilait des chiffres qui font froid dans le dos : 1 décès sur 5 chez les jeunes est lié à l’alcool. Les décès attribuables à l’alcool sont plus importants chez les personnes jeunes et d’âge moyen, soit 22 % chez les 15-34 ans, alors qu’on observe que 18 % chez les 35-64 ans, et 7 % seulement chez les 65 ans et plus.

Le professeur Pr Michel Reynaud, chef du département de psychiatrie et d’addictologie à l’hôpital Paul Brousse à Villejuif, a déclaré à l’AFP : « Entre 2009 et 2011, les hospitalisations pour l’ensemble des pathologies liées à l’alcool ont augmenté de 30%… Il s’agit de l’une des premières causes médicales d’hospitalisation médicale ».

Le responsable de l’association Non à la drogue, Oui à la vie déclare : « De plus en plus souvent ce sont des femmes et des jeunes qui se présentent aux urgences et qui sont fortement alcoolisés. C’est affolant de voir les jeunes qui s’adonnent à ces binge drinking ou à ces cuites express. Ils ne sont pas conscients des comas éthyliques qui s’ensuivent souvent. Comme c’est à la mode depuis quelques années, ça se répand comme une traînée de poudre car on l’a banalisé, et ça fait des ravages incroyables. Les campagnes de prévention au niveau national sont largement insuffisantes, il en faut dans les écoles, collèges, lycées et ce, tous les jours. Il faut inonder ces écoles et répéter le message aux jeunes avant que leur cerveau soit inondé d’alcool ou de drogue. Il faut les réveiller, ces jeunes, leur montrer qu’il y va de leur responsabilité aussi, avant qu’ils ne se dégradent sérieusement tout en provoquant autour d’eux des dégâts irréparables. En effet il y a plusieurs décennies, l’humaniste Ron Hubbard disait déjà que ‘La connaissance ne détruit pas la volonté de vivre’. »

Pour écouter les témoignages d’anciens toxicomanes ou téléchargez des livrets éducatifs, visitez le site www.drugfreeworld.org.

Contact presse : info.drogue@gmail.com ou le 06 20 51 17 57

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »