Deux drogues prisées pourtant vicieuses : alcool et cannabis

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:



Paris – Alors que les débats sur les salles de shoot se multiplient, le problème des drogues restent entier. Récemment un article sur Internet annonce que le cannabis serait moins dangereux que l’alcool pour les Français, avec 41% pour l’alcool contre 35% pour le cannabis, mais ceux-ci restent toutefois opposés à sa dépénalisation.

Rappelons que pour éliminer 50% de l’alcool absorbé, il faut 6 à 8 heures à l’organisme, ce qu’on appelle la demi-vie de l’alcool. Alors que la demi-vie du cannabis est de 4 jours, soit 96 heures. Mais par contre, à l’inverse de l’alcool, le THC contenu dans le cannabis se fixe très rapidement dans les cellules riches en lipides, dont celles du cerveau, et reste stocké dans les graisses pendant 28 jours. Sachant que depuis 1995, le taux de THC a énormément augmenté dû à toutes les manipulations génétiques jusqu’à atteindre près de 35%. Au fil des prises, les stocks dans les graisses s’additionnent. Comme l’organisme cherche à s’adapter à toute perturbation créée par un nouveau produit, il devient rapidement tolérant, voire dépendant.

Le président de l’association Non à la Drogue, oui à la vie a déclaré : « L’alcool est aussi une drogue, il agit comme un calmant, ralentissant l’incapacité à réagir rapidement et donc les perceptions sont faussées, ce qui laisse à craindre le pire notamment quand la personne conduit. Selon les derniers chiffres du Conseil National de Sécurité Routière, l’alcool est responsable dans 45% des cas d’accidents mortels de la circulation routière. Le cannabis n’est pas une drogue innocente non plus, car en cas de stress, de peur, ou de colère, le THC est réactivé et là aussi la personne perd tout contrôle de son environnement et de soi-même surtout. »

« On parle de légalisation, de dépénalisation, prétextant que la politique de répression a échoué. Comment mettre fin à un trafic alors que la demande est toujours là et même dans les couches sociales les plus élevées. Déjà en avril 2000, on pouvait lire dans le Courrier International qu’aux Pays-Bas, de plus en plus de personnes élèvent leur voix contre la tolérance des autorités vis-à-vis de la toxicomanie. Ce pays connaît le plus grand taux de criminalité d’Europe, » a-t-il ajouté.

Pour ne pas commencer à boire de l’alcool ou à fumer du cannabis, il faut être informé car ‘La connaissance ne détruit pas la volonté de vivre’, dixit l’humaniste Ron Hubbard. L’association Non à la drogue, oui à la vie mène sa campagne de prévention dans toute la France et sur le Net, drugfreeworld.org, en s’appuyant sur les livrets éducatifs sur les dangers des drogues. On a le choix en connaissance de cause de se droguer ou non.

Contact presse : Robert Galibert : 06 20 51 17 57

info.drogue@gmail.com ou www.cestquoiladrogue.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »