Se noyer dans l’alcool : un foetus dit non !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Paris – Une femme enceinte qui consomme de l’alcool expose l’enfant qu’elle porte à de sérieux risques. Ce type de situation est également dénoncé depuis plus de vingt ans par l’association Non à la Drogue, oui à la vie qui mène sa campagne de prévention dans toute la France.

D’importantes distributions de brochures éducatives La vérité sur la drogue, dont l’une sur l’alcool, sont organisées par ses membres sous forme de stands dans la rue, de conférences, de concerts… Quelques discothèques ont déjà fait l’expérience de ces brochures et en réclament régulièrement.

La vice-présidente de l’association SAF France (syndrome d’alcoolisation fœtale), également chercheuse, Stéphanie Toutain, déclare que les petites victimes présentent ‘un retard de croissance important et une dysmorphie faciale’. Selon l’association, en France, plus de 20% des femmes enceintes ne suivent pas les conseils de ne pas boire d’alcool pendant la grossesse. Ce qui a pour conséquence qu’un nourrisson sur 100, soit 8 500 chaque année, naît avec un trouble causé par l’alcoolisation fœtale.

« Ces bébés naissent avec un grave retard de croissance, leur visage a des altérations, voire une dysmorphie faciale, et les conséquences cardiaques, rénales et cérébrales sont graves. Ces êtres vont souffrir d’une déficience intellectuelle et des troubles comportementaux qui vont nécessiter un suivi important et socialement, ces enfants ne seront pas facilement acceptés selon le degré de leurs troubles, même par leur entourage direct. L’alcool est une drogue qui est classée comme calmant et affecte le mental. En fonction de la quantité absorbée, l’alcool apporte un effet stimulant qui devient ensuite déprimant. Sauvons ces enfants qui feront le futur de demain, » a expliqué le responsable de l’association Non à la drogue, Oui à la vie.

Les livrets de l’association ainsi que des témoignages d’anciens toxicomanes sont visibles sur le site drugfreeworld.org.

Contact presse : info.drogue@gmail.com ou le 06 20 51 17 57

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »