Les moyens d’éradiquer les drogues de synthèse…

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:



Les bénévoles de "Non à la drogue, Oui à la vie"

Les bénévoles de

Paris - Pour faire face à une consommation des drogues les plus connues, dont l’alcool, et à une prolifération des drogues de synthèse, les bénévoles de l’association Non à la Drogue, oui à la vie ont encore été sur le terrain ce week-end, que ce soit à Paris, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Clermont, Nice ou encore Vannes, etc. menant leur campagne de prévention et d’information auprès des jeunes et moins jeunes sur les dangers des drogues.

Dans son rapport annuel 2011, déterminant les grandes tendances mondiales dans le domaine des drogues et notamment des drogues de synthèse, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) a pu observer une prolifération souvent anarchique des drogues de synthèse. Une liste de 164 ‘molécules’, désormais fréquemment utilisées comme des drogues, a pu être établie sur une durée allant de 2005 à 2011. Cette croissance est très liée à l’accès par Internet, où 170 sites proposant des « euphorisants » avaient été recensés en 2010 contre 693 cette année.

Parallèlement à cette croissance des drogues de synthèse, les drogues qui seraient vues comme ‘plus classiques’ voient leur utilisation stagner ou reculer. Par contre, on a encore aujourd’hui quatre millions d’Européens qui ont consommé de la cocaïne au cours des douze derniers mois. Et l’Europe est le deuxième marché de la cocaïne, avec 212 tonnes de cocaïne qui avaient été acheminées depuis l’Amérique du Sud et ce, en 2008 déjà, pour satisfaire la demande.

« On parle de la répression du trafic illicite des stupéfiants qui a échoué, mais y avait-il une volonté sincère de lutter contre les drogues avec une réelle fermeté ? On peut en douter quand on regarde ce qui se passe au Mexique, … les enjeux financiers, le gouvernement n’y est pas innocent. On pourrait, si on le voulait, lutter contre les producteurs des drogues, liquider les champs de pavot avec des moyens chimiques, ou encore détruire les laboratoires où de nouveaux types de drogues synthétiques sont fabriqués, » a déclaré le responsable de l’association Non à la drogue, Oui à la vie.

Il a ajouté : « Des tonnes de drogues circulent dans de nombreux pays et certaines sont saisies aux frontières, mais le reste tombe entre les mains de dealers puis des consommateurs. Et il ne faut pas ignorer que la délinquance, la criminalité sont étroitement liées à la consommation des drogues. Pour enrayer cette demande, il faut éduquer les gens sur les réels dangers des drogues et depuis plus de vingt ans, nos bénévoles distribuent aux passants des livrets informatifs sur ces dangers, comme la vérité sur le joint ou encore sur l’alcool. Internet n’a pas que du mauvais, on peut visionner ces livrets ainsi que les témoignages d’anciens toxicomanes sur le site www.drugfreeworld.org. »

Contact presse : info.drogue@gmail.com ou le 06 20 51 17 57

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »