Drogue : Le cannabis tue un nouveau-né

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

ParisActe criminel en ce jour du 10 novembre : mort d’un nourrisson. Le responsable : le cannabis. L’irresponsable : le conducteur.

Dans le Sud, le chauffard a perdu le contrôle de sa voiture et a percuté une voiture, dans laquelle se trouvait un bébé de 6 mois qui a succombé. Sa mère a été légèrement blessée. Cet accident lié à la conduite sous emprise de cannabis va relancer la polémique sur les sanctions destinées aux chauffards, voire remettre en question le débat sur la dépénalisation du cannabis. Selon l’article d’Europe1.fr, le suspect explique pour sa part “qu’il a eu un moment d’absence, qu’il ne se souvient de rien”.

Le président de l’association Non à la drogue, oui à la vie a déclaré : « Il faut arrêter de se voiler la face et de jouer aux ignorants quand on fume du cannabis, surtout à 20 ans. Il va falloir assumer son geste, et que quand on prend le volant tout en sachant que les réflexes sont sérieusement diminués, les repères sont faussés, etc. On est un danger pour soi et pour les autres. Le chauffard reconnaît lui-même qu’il a eu un moment d’absence. Il faut arrêter ce massacre. Sur Internet, il y a des dizaines de sites qui mettent en garde sur les effets des drogues, dont celui du cannabis. C’est fini le temps de ‘la drogue douce’. Revenons un peu sur terre. C’est un acte criminel, et la personne devrait réparer les préjudices causés pour pouvoir retrouver sa dignité. L‘humaniste Ron Hubbard a déclaré que ‘La connaissance ne détruit pas la volonté de vivre’. Il faut donc que cette prévention sur les dangers des drogues se fassent dès le jeune âge, car ils sont plus à l’écoute et ne sont pas farcis de préjugés. Le but est de les sensibiliser. »

Il a ajouté : « Nos membres de l’association Non à la drogue, oui à la vie distribuent chaque semaine des centaines de livrets d’information sur les dangers des drogues dans les plus grandes villes. Ils rencontrent des gens qui eux aussi crient leur ras-le-bol de vivre aux côtés de gens qui se droguent mais n’ont pas les arguments pour leur ouvrir les yeux. A Toulouse, à un stand d’information, un père cherche à informer le copain de sa fille qu’il soupçonne de toucher à des substances illicites ou encore ce jeune qui lors d’une soirée aurait aimé mettre de l’information utile à la disposition de ses copains. Ces livrets sont disponibles sur Internet www.drugfreeworld.org ainsi que les témoignages d’anciens toxicomanes. »

Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 - info.drogue@gmail.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »