Cocaïne et alcool : mélange psychotique

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Paris
–  Des meurtres,
des accidents ou des suicides peuvent eux aussi être  
engendrés par la consommation de cocaïne et leurs nombres
augmenteront quand on y associe de l’alcool.

 

La
campagne que mène, depuis plus de 20 ans, l’association « Non
à la drogue, oui à la vie »
,  dans toute la France a
pour objectif d’informer la société sur les dangers des drogues
et de l’alcool.

 

La
première réaction des gens consommant de la cocaïne même
occasionnellement, quand ils sont abordés, est de dire qu’ils sont
capables de s’arrêter quand ils veulent. Or la dépendance à la
cocaïne peut se créer en une très courte période de temps.
 Ensuite viennent se greffer les problèmes financiers, le
manque de vigilance au travail ou à la maison, et la répercussion
finale se jouera sur le physique ou le mental.

Un
jeune toxicomane rencontré à Paris, place de Clichy, lors d’une
distribution de plusieurs centaines de livrets informatifs « La
vérité sur la drogue »
a expliqué qu’il a perdu
deux années d’école et a constaté les trous de mémoire, ainsi
que d’autres problèmes liés à sa consommation de drogue.

 

Le
responsable de l’association a déclaré : « 
Contrairement
à ce que disent certaines personnes, ces toxicomanes ne sont pas des
malades, on les a rendus malades. Ils cherchaient à résoudre un
problème et la solution qu’ils ont trouvée devient au final un
problème pour eux, mais aussi pour les autres. Ils peuvent avoir un
comportement
agressif, des pensées de persécution ou de suicide, ressentir de
l’anxiété et devenir dépressifs. C’est pourquoi notre campagne
qui se veut être  préventive est basée sur l’information,
car comme le disait l’humaniste Ron Hubbard,
La
connaissance ne détruit pas la volonté de vivre’. 
»

 

Lors
des distributions de livrets et sur les stands d’information, on
peut obtenir   l’adresse du site
http://www.drugfreeworld.org/
pour y consulter les livrets dans plusieurs langues et visualiser les
spots très courts intitulés « ils ont dit, ils ont menti ».

 

Contact
presse :

Robert
Galibert au 06 20 51 17 57 ou à info.drogue@gmail.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »