Drogue : la solution devient un problème

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Paris – Fin mars, un procès se tient devant la cour d’assises des mineurs à Aix-en-Provence pour les neuf agresseurs, poursuivis pour meurtre, meurtre en récidive ou complicité de meurtre. Ils seront jugés pour des violences, sur fond de trafic de drogue et notamment de cannabis, qui avait coûté la vie en 2008 à un jeune homme de 19 ans.

Violences, règlements de compte, passage à tabac et mort sont les termes trop souvent associés au mot drogue. Au lieu de devenir une solution pour ces jeunes, la drogue devient un problème. Le cannabis a fait couler tellement d’encre et cela continue encore malgré de nombreux efforts fournis pour enrayer ce fléau.

La meilleure solution est de ne jamais commencer mais pour cela il faut être informé sur les dangers des drogues et cette information se trouve dans les livrets que distribuent gratuitement les bénévoles de l’association « Non à la drogue, oui à la vie » chaque semaine dans les plus grandes villes. Elle est accessible également sur le site http://fr.drugfreeworld.org/#/interactive.

Le responsable de l’association a déclaré : « Selon Mr Ron Hubbard, humaniste et fondateur de la Scientologie, ‘La connaissance ne détruit pas la volonté de vivre’. Il a été démontré par de nombreux experts scientifiques que la consommation de cannabis pouvait entraîner des symptômes psychotiques à long terme sans parler des nuisances aux capacités de mémorisation et de concentration. Comme les effets psychoactifs provoqués par le cannabis ne suffisent plus, la personne va se tourner vers d’autres drogues encore plus fortes. Ces fumeurs et vendeurs de cannabis qui en arrivent à de tels actes de violence ont déjà dépassé le stade de simples consommateurs et n’ont plus de perception correcte de leur environnement. Leurs actions finissent par être destructrices. La solution est de ne pas commencer et de s’informer. »

Contact presse :

Robert Galibert au 06 20 51 17 57 ou à info.drogue@gmail.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »